Architecture

Donjon roman quadrangulaire

Releve topographique D. Leveque

Situé sur un éperon rocheux, une première enceinte enserre la forteresse. Les courtines bâties intègrent un donjon au nord ainsi que des bastions au sud, à l’ouest et au nord. Un fossé protège le flanc nord, plus vulnérable. Sur cette enceinte s’appuie le village fermé par une seconde enceinte, ponctuée de portes permettant d’en barrer l’accès.

D’un point de vue architectural, la pièce maîtresse est sans conteste le donjon roman quadrangulaire, dont un impressionnant mur, long de 8 m, haut de 22 m et épais de 3 m, orné de trois contreforts plats larges de 1.05 m, saillants de 0.25 m, faisant face au nord.

Donjon Miremont flanc sud

Sur le Sur le mur ouest subsistent deux fenêtres à meneaux. Quant à l’angle des murs sud et est, il s’est effondré vers 1891 sur les deux tiers de sa hauteur laissant apparaître les traces de trois fenêtres à meneaux au sud et deux cheminées à l’est.

Deux voûtes, en partie effondrées, furent rapportées au XVe siècle ainsi qu’une couronne de mâchicoulis bordant la terrasse sommitale, dont l’escalier d’accès est situé dans l’épaisseur du mur nord. Son toit était recouvert de lauzes.

La forteresse de Miremont daterait du XIIe siècle. Toutefois, l’appareillage, partiellement enlevé de certains éléments d’architecture, présente un superbe blocage en arrêtes  de poisson, faisant penser aux techniques employées au XIe siècle.